Jefferson’s World – Tome 1

jefferson's world hachette

Illana CANTIN / Hachette / Roman ado

15/20

Résumé :

Le lycée Jefferson est le repaire des apparences. Chaque élève est dans sa case, et s’efforce tant bien que mal d’y rester. Pourtant, tous ont des secrets prêts à être dévoilés.

D’ailleurs, huit élèves sont sur le point de voler en éclats. Tim, Jude, Terence, Colin, Swann, Megan, Nelly et Flora. Autant de personnalités différentes que d’amitiés à créer, faire évoluer, ou parfois détruire. Peu à peu, ils s’ouvrent enfin, et, ensemble, ils partent en quête d’eux-mêmes.

Comment assumer son identité, sa sexualité, tout en respectant ses croyances et les codes de la société ? Comment faire face à une maladie survenue soudainement sans signes avant-coureurs ? Comment comprendre puis accepter qui l’on est, tout simplement ?

Avis :

J’ai connu I. Cantin, l’autrice, avec son roman « Georges, le monde et moi » que j’avais trouvé touchant et « vrai ». Quand j’ai appris que « Jefferson’s World » allait être publié, j’ai voulu essayé, même si l’ambiance lycée n’est plus vraiment dans mes délires actuels. Pourtant, je pressentais que c’était une histoire qui pourrait me plaire. Déjà, car j’aime la sensibilité et le regard que l’autrice a de ses personnages, ensuite c’est une histoire où tous les liens (amicaux, romantiques, familiaux…) sont exploités et ce n’est pas simplement de la romance (ouf).

Comme j’apprécie quand on écrit sur l’adolescence en proposant des personnages hors des sentiers battus, développés, avec de vraies failles, j’ai passé un très bon moment de lecture avec ce roman. J’aurais aimé que ce soit plus long, j’avoue que le roman est un poil court avec le découpage qu’il y a eu. J’ai donc le sentiment que certaines choses ont été laissées en suspens de façon un peu maladroite (c’est évidemment pour nous donner envie d’acheter et lire la suite…). N’empêche qu’il s’est passé pas mal de choses durant ce 1er tome, suffisamment pour qu’on commence à saisir les profondeurs des personnages, qu’on s’attache et qu’on ait envie de mieux les comprendre.

Des 8 personnages, il n’yen a pas un seul que je trouve inintéressant. I. Cantina su amener des enjeux avec chacun d’entre eux, laissant planer quelques mystères pour entretenir l’intérêt pour les protagonistes. Evidemment, les personnages qui ont eu droit à leur PDV dans ce tome sont plus « accessibles » que les autres, mais les autres auront leur chance au 2ème tome d’après l’autrice ! Les personnages sont touchants, faillibles, égoïstes et on les apprécie pour ça. I. Cantin s’attaque aussi à divers sujets (maladie physique ou mentale, identités et orientations sexuelles, abandon familial, religion, pression scolaire…) et le fait avec assez de sérieux pour qu’on ressente les recherches, les réflexions, qu’il y a eu autour.

Au niveau de l’écriture, c’est une plume tournée sur la fluidité et « l’efficacité » sans pour autant tomber dans le mécanique ou l’impersonnel. I. Cantin distille des éléments qui lui sont tout à fait personnels et ça rend son histoire d’autant plus touchante.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s